Observatoire de la Francophonie économique

Appel à propositions pour un ouvrage collectif sur l’impact économique de la COVID-19

L’Observatoire de la Francophonie économique de l’Université de Montréal lance un appel à propositions pour un ouvrage collectif intitulé : « Les pays francophones face à la COVID-19 : Impacts socioéconomiques, politiques de riposte et stratégies de sortie de crise et de résilience économique ».

Objectifs de l’ouvrage

Ce livre désire établir un portrait à jour de l’impact de la pandémie du COVID-19 sur les économies de l’espace francophone, d’évaluer les mesures prises par les gouvernements pour soutenir leurs économies et leur efficacité, et de proposer des stratégies favorisant la reprise et la résilience aux chocs similaires à la Covid-19 dans une perspective post-crise.

Ainsi toutes les propositions de chapitre pertinentes pour l’ouvrage seront considérées. Toutefois, une priorité sera accordée aux textes qui traitent de l’éducation, du marché du travail, du secteur informel, de la numérisation, de la croissance économique, du développement durable, de la restructuration économique, de la transformation productive, de la réorganisation du travail, de la pauvreté, des inégalités hommes-femmes, de l’autonomisation des femmes, de l’entreprenariat, du développement des PME/PMI, du commerce international, de l’intégration économique, des systèmes financiers, des dettes publiques et privées, etc.

Profils des participants

L’appel à propositions pour un ouvrage collectif sur l’impact économique de la COVID-19 est ouvert aux chercheur(e)s universitaires et aux personnes des milieux privé, communautaire et gouvernemental, et de la sphère de la coopération régionale et internationale intéressés par la thématique de l’ouvrage.

Critères d’évaluation

L’intérêt, l’originalité et la portée du sujet, la qualité de la méthodologie et de la documentation utilisés, la qualité du style et de la langue, la structure d’ensemble du chapitre, ainsi que l’implication des femmes et des jeunes chercheurs/chercheuses.

L’ouvrage étant destiné à un public très large incluant les décideurs publics, les chercheurs, les étudiants et les organismes concernés par le développement économique, il est important d’adopter un style clair et simple.

Le texte proposé

Ainsi le texte doit inclure :
  • Un résumé de 100 à 200 mots maximum en français (mise en contexte, méthodologie, principaux résultats et leur implication pour les politiques publiques)
  • 4 à 5 mots-clés
  • Une introduction
  • La revue de littérature/Le cadre conceptuel
  • La méthodologie de recherche
  • Une discussion des résultats et leur implication pour l’élaboration et l’implantation depolitiques publiques favorables à la reprise économique, à la résilience et à la croissance
  • Une conclusion
  • La bibliographie (à la fin du texte)
  • Auteur.e.s. et coauteur.e.s. : le nom complet, l’affiliation (fonction, organisme, ville, pays) ainsi que l’adresse électronique du ou des auteurs. Si le texte est écrit par plusieurs auteur.e.s, indiquer l’auteur(e) principal(e) en première position.
  • Titres et sous-titres: rendre claire la hiérarchie des sous-titres et les démarquer typographiquement du texte. Réserver les caractères gras aux titres et aux sous-titres.
Format du texte
  • Format du Fichier : Word (pour permettre l’édition)
  • Police : Times New Roman – taille 12 – interligne 1,5 – alignement justifié
  • Taille du texte : entre 5000 et 6000 mots maximum (idéalement 5000), notes et bibliographie comprises. Les annexes sont à éviter. Aucun dépassement ne sera accepté.
  • Titre : ne doit pas dépasser 180 caractères espaces compris
  • Sigles et abréviations : indiquer dans le texte l’intitulé exact des sigles et acronymes lorsqu’ils sont mentionnés pour la première fois puis mettre entre parenthèses ce sigle ou acronyme. Exemple : Observatoire de la Francophonie économique (OFE).
  • Tableaux et figures : sont insérés dans le texte à la suite du premier paragraphe où on s’y réfère. Ils sont identifiés par un court titre et numérotés en chiffres arabes. Dans le texte, toujours référer à un tableau/figure par son numéro, par exemple, voir tableau 3 et non voir tableau suivant (car la mise en pages risque de changer la disposition des tableaux). Leur contenu doit être entièrement en français. Les tableaux et figures doivent être réalisés avec Word ou Excel. Prière de ne pas choisir le format image pour les coller dans le texte. Les notes faisant partie des tableaux ou des figures doivent être appelées selon le système a, b, c. Elles devront se situer directement en-dessous du tableau ou de la figure, avant la source. Il est important d’indiquer la source des données en bas du tableau ou du graphique.
  • Notes : doivent être placées en bas de page et numérotées de manière continue en chiffres arabes. L’appel de note se fait en exposant dans le texte, sans parenthèses, sans espace avant, et avant la ponctuation. Police Times New Roman, taille 10. Les notes en bas de page doivent être réduites au minimum, et n’être utilisées que pour des compléments d’informations et non pour référencer un article ou un rapport.
  • Appels de références bibliographiques dans le texte : appeler les références comme suit (sans prénoms des auteur.e.s) : (Dzaka-Kikouta et Mabenge, 2018), (Hann, 2006 ; Adams, 2008) (Lemieux et al., 2012), Rousseau et Vallerand (2003)
  • Nombres : utiliser des virgules (et non le point) comme séparateur décimal partout dans le texte, les tableaux et les graphiques
  • Bibliographie : Toutes les références listées doivent avoir été appelées dans le texte. L’auteur(e) doit s’assurer également que toutes les références appelées dans le texte sont bien présentes dans la bibliographie. Les références sont classées dans l’ordre alphabétique. Les références doivent être complètes.

Calendrier

Étapes Échéances
Lancement de l’appel à contributions 21 septembre 2020
Soumission des propositions de chapitre 4 décembre 2020
Évaluation des propositions Décembre-janvier 2021
Révision et re-soumission des chapitres retenus 15 février 2021
Révision linguistique, mise en page et impression de l’ouvrage Février – mars 2021
Activité pour le lancement de l’ouvrage À déterminer

Plus d’informations

Pour consulter l’appel à propositions pour un ouvrage collectif sur l’impact économique de la COVID-19 : https://www.auf.org/wp-content/uploads/2020/11/Appel_de_propositions_pour_un_ouvrage_collectif-IMPACTS-COVID19.pdf

Les personnes intéressées sont priées de soumettre leur texte en français avant le vendredi 4 décembre 2020  par courrier électronique aux adresses suivantes :
brahim.boudarbat@umontreal.ca
mohamedbenomar.ndiaye@ucad.edu.sn

Enfin si vous désirez obtenir des renseignements supplémentaires, contactez l’OFE à l’adresse suivante : ofe@umontreal.ca

Pour d’autres appels à candidatures ou à propositions, voyez notre page Actualités.

Cet article est extrait de l’appel à propositions.

Appel à projets du Fonds de soutien aux organisations féministes

Appel à projets du Fonds de soutien aux organisations féministes de l’AFD

Le Fonds de soutien aux organisations féministes a pour ambition de soutenir les organisations de la société civile (OSC) féministes des pays partenaires de la politique de développement de la France. En coopération avec le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères et l’AFD, ce fonds s’inscrit dans le cadre de la diplomatie féministe française et de la Stratégie internationale de la France pour l’égalité entre les femmes et les hommes 2018-2022.

Dans ce cadre, il propose deux dispositifs de soutien aux OSC (Organisations de la société civile) féministes étrangères (non françaises).

I/ Appels à projets OSC féministes du Sud

Extraits de la note de cadrage :

1. Objectifs

L’ambition de l’AFD à travers le présent appel à projets est de financer des organisations féministes des Suds et leurs actions en faveur de l’égalité entre les femmes et les hommes (notées 2 selon le marqueur « genre » du CAD de l’OCDE). […]

En outre, afin de pouvoir répondre aux défis multiples que la COVID-19 va générer en matière d’égalité entre les femmes et les hommes, il est proposé de cibler des thématiques qui permettront d’apporter une réponse adaptée aux besoins des femmes dans le cadre de la pandémie ou de ses effets en utilisant le levier des associations féministes.

L’objectif de l’appel à projets est de sélectionner la meilleure proposition d’OSC pour concevoir et mettre en place le dispositif de financement, de renforcement de capacités et de capitalisation des organisations féministes des Suds respectant les caractéristiques précisées ci-dessous.

2. Périmètres thématique et géographique 

o Périmètre thématique

Les thématiques qui seront prises en compte dans le cadre de cet appel à projets sont les suivantes:

o Droits et santé sexuels et reproductifs (DSSR) : comprenant éducation complète à la sexualité, contraception, planning familial, avortement sécurisé, formation du personnel médical et paramédical, changement de comportement et lutte contre les stéréotypes, y compris concernant les masculinités, violences obstétricales, prise en compte des effets de la pandémie de la COVID19 dans les DSSR, etc.

o Violences basées sur le genre (VBG) : violences sexistes et sexuelles, mutilations sexuelles féminines, mariages forcés et grossesses précoces, violences domestiques, y compris dans le contexte de la Covid-19 où l’on observe une augmentation de ces violences et du sentiment d’insécurité dans l’espace public en temps de confinement, etc.

o Renforcement du pouvoir économique des femmes : lutte contre la précarité économique, notamment des familles monoparentales et des femmes travaillant dans l’emploi informel, accès aux ressources foncières, soutien aux femmes dans le secteur agricole (accès aux revenus et aux instances décisionnelles – comités de gestion), soutien à l’entrepreneuriat féminin, appui au secteur formel et informel et non-rémunéré du care (petite enfance, adultes en situation de dépendance, personnes en situation de handicap, etc.), etc.

o Accès aux droits : développement de campagnes de plaidoyer sur l’égalité entre les femmes et les hommes, appui à la structuration et au développement des mouvements féministes, etc.

o Périmètre géographique

L’appel à projets s’adresse à tous les pays en développement, que ce soit en Afrique, au Proche et Moyen-Orient, en Asie ou en Amérique Latine, avec une concentration des financements sur les OSC du continent africain (y incluse l’Afrique du Nord) à hauteur de 65%.

Les 35% restants devront être dédiés aux OSC situées dans les pays d’Asie, du Proche-Orient, d’Amérique Latine, dans le but de permettre des échanges entre OSC du sud.

o Articulation avec les projets déjà existants sur cette thématique

L’AFD finance déjà un certain nombre de projets dans le domaine des DSSR et des VBG au Sahel et en Afrique de l’ouest et centrale (cf. liste en annexe). En outre, d’autres pays sont déjà engagés sur le sujet, sous différents formats, certains avec la mise en place de fonds ad hoc, notamment aux Pays- Bas (lancement du fonds « Leading from the South » et le Canada (lancement du « Equality Fund » en 2019).

L’offre des soumissionnaires devra donc tenir compte des projets existants afin d’éviter les doublons et/ou de créer des synergies si pertinent.

3. Durée d’exécution

La durée globale du projet sera de 3 à 4 ans, avec la possibilité de financer des OSC sur des durées plus courtes, en fonction des projets, au sein de ce cadrage global.

4. Montage opérationnel

o Fonds inter-médié par un consortium ou une ONG

L’appel à projets à vocation à sélectionner l’OSC ou le consortium d’OSC françaises et/ou internationales et/ou nationales issues des pays du Sud qui gèrera les financements (intégralité de l’enveloppe des 15 MEUR) à destination des OSC féministes des Suds.

Il est attendu des OSC soumissionnaires au présent appel à projets une proposition détaillant le mécanisme de sélection et de financement des porteurs de projet aux Suds.

L’appel à projet sera ouvert aux ONG françaises et internationales, qui y répondront en spécifiant les autres membres du consortium (pour celles qui souhaitent se grouper) et la répartition des rôles et responsabilités au sein du consortium.

o Missions du consortium ou de l’organisation

Le consortium/l’OSC aura les principales missions suivantes :

  • Identifier les ONG du Sud bénéficiaires : dans son offre, le consortium ou l’organisation pourra identifier des organisations du sud, avec lesquels il ou elle est déjà partenaire ou qu’il lui semblerait pertinent d’associer au dispositif. Il n’est néanmoins pas attendu des soumissionnaires qu’ils établissent une liste définitive des OSC à financer. Au contraire, l’objectif de cet appel à projets étant de capter des OSC locales peu ou pas identifiées dans les projets financés habituellement, une étude de faisabilité pourra être réalisée en début de projet afin d’établir une cartographie fine des besoins, des structures, des dispositifs de financement existants et de calibrer le fonds et les modalités d’attribution des financements. Le consortium ou l’organisation définira dans sa méthodologie les éléments de cadrage de cette étude de faisabilité ainsi que les critères généraux qui seront utilisés pour sélectionner les OSC locales, le périmètre géographique dans lequel il lui semblerait pertinent d’investir (répartition du financement) et les sous-secteurs thématiques sur lesquels il envisage de travailler plus particulièrement.
  • Financer les projets des ONG du Sud et assurer la bonne exécution des financements. Le consortium sera responsable vis-à-vis de l’AFD de la gestion comptable et financière du projet et produira les rapports techniques et financiers Il contrôlera la qualité des interventions, garantira la cohérence thématique et financière globale des projets
  • Renforcer les capacités des ONG du Sud identifiées dans les domaines qui leur permettront de gagner en visibilité, de structurer leurs actions, de s’enrichir des expériences et des savoirs, de gagner en légitimité et d’accéder aux financements.
  • Animer les travaux et activités de partage et de capitalisation du projet (partage de connaissances, organisation de séminaires régionaux etc.)L’ONG cheffe de file du consortium retenue / l’organisation sera l’interlocutrice de l’AFD et des ONGs du sud partenaires.

o Modalités transversales d’intervention

Dans leurs offres, les OSC devront également tenir compte des éléments suivants :

Logique d’intervention et méthodologie : le projet vise un véritable changement social, les notes de projets devront donc présenter clairement la logique d’intervention et la méthodologie choisie par le consortium.

Dispositif de suivi-évaluation renforcé : le consortium devra proposer un dispositif adapté et intégrant la dimension stratégique du genre et de transformation sociale. Le dispositif de suivi-évaluation devra rester simple et permettra notamment :

  • un suivi rapproché et fréquent des activités et de la situation ;
  • de réajuster le projet si besoin ;
  • de comprendre les changements chez les acteurs cibles
  • d’évaluer le renforcement des capacités des OSC féministes ;
  • une démarche de capitalisation des acquis, voire échecs et autres enseignements du projet ;
  • des indicateurs quantitatifs désagrégés par sexe et par tranche d’âge;
  • des indicateurs qualitatifs permettant de mesurer la réduction des inégalités de genre ;
  • une évaluation finale.

Coordination et complémentarité : La coordination avec les bailleurs et autres opérateurs non étatiques actifs présents sur ces thématiques aux niveaux national et local devra être étroite, de manière à assurer des complémentarités d’actions et d’approches, et capitaliser sur les leçons apprises respectives, et d’optimiser l’appui.

Pilotage et gouvernance : Les notes de projet devront présenter de façon détaillée le pilotage de l’opération et son mode de gouvernance, que ce soit au niveau du consortium ou de l’ONG attributaire des fonds AFD, entre le consortium/ONG et les OSC bénéficiaires, et au niveau local, dans les pays d’intervention. Les propositions de projet démontreront l’articulation et la complémentarité des actions portées par le consortium ainsi que les mécanismes détaillés de pilotage et de suivi mis en place au sein du consortium pour assurer cette cohérence d’ensemble.

Renforcement de capacités des partenaires au sein du consortium : comme indiqué plus haut, dans la section «missions du consortium», la mise en œuvre du projet comprendra un volet de renforcement de capacité du sein du consortium. Dans cette optique, les notes de projet devront démontrer la dynamique de renforcement réciproque entre l’OSC internationale, la/les OSC locale(s) et l’acteur de recherche.

Pérennisation : Le renforcement de capacités et les méthodologies utilisées devront permettre de contribuer à la pérennisation des OSC visées.

Communication : le consortium devra assurer des remontées d’informations écrites, de photos et de vidéos pouvant être exploitées par l’AFD dans sa communication publique et/ou interne sur les réalisations du projet, au minimum sur les phases de lancement, intermédiaire, et de finalisation du projet. Les modalités spécifiques de la communication publique autour du projet feront l’objet de précisions spécifiques au fur et à mesure de la mise en œuvre du projet, en fonction de la sensibilité du contexte, de manière à communiquer sans mettre en risque les bénéficiaires finaux ou les opérateurs. De plus, des propositions de valorisation des résultats du projet dans les pays d’intervention mais également auprès des acteurs français de coopération internationale seront encouragés.

o Budget et affectation des financements

[…] Le dispositif de financement des OSC des Suds devra allouer des montants allant de 5 000€ à 150 000€, permettant à tout type d’association féministe des Suds remplissant les diligences lutte anti- blanchiment et financement du terrorisme (LAB-FT) de pouvoir en bénéficier. Un équilibre entre financements de très faible montant d’une part, et de moyen montant d’autre part, sera recherché afin de pouvoir soutenir des petites structures en dehors du périmètre des financements classiques, sans toutefois démultiplier ce type d’appui afin de garantir la faisabilité du projet dans son exécution.

o Critères de sélection du consortium

En sus de la qualité de l’offre technique et financière, les critères de sélection de l’OSC ou du consortium d’OSC comprendront les éléments suivants :

II/ Dispositif FSPI/PISCCA du MEAE

Le Fonds de soutien aux organisations féministes permettra également de soutenir directement les OSC féministes locales des pays partenaires, et notamment les petites structures.

1. Objectifs

Les FSPI (Fonds de Solidarité pour les Projets Innovants) inclus dans le fonds auront pour but de soutenir des OSC locales sur des projets dédiés au genre et à l’égalité de genre, en attribuant des enveloppes de 1 million d’euros maximum.

Plus spécifiquement, les FSPI/PISCCA sont financés par le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, à l’initiative des ambassades et viennent en appui aux OSC locales. Ils pourront financer leurs projets dédiés au genre, pour des petits et moyens montants (compris entre 10 000 et 300 000 euros chacun). Chacune des OSC bénéficiaires du FSPI/PISCCA doit être en mesure de financer 10 % du montant total de celui-ci.

2. Durée d’exécution

Les projets de type FSPI et FSPI/PISSCA sont d’une durée maximale de 2 ans.

3. Critères de sélection

Les projets FSPI et FSPI/PISCCA valorisés dans le cadre du FSOF devront répondre aux critères suivants : 

  • mettre en œuvre des projets CAD 2 selon les marqueurs genre de l’OCDE ;
  • être portés par des OSC locales des pays partenaires ;
  • traiter d’au moins une des thématiques mentionnées ci-dessus ;
  • se conformer aux procédures et au calendrier du FSPI et FSPI/PISCCA.

4. Modalités de candidature : 

  • Les FSPI/PISCCA sont préparés localement, par les ambassades/services de coopération, en lien avec les OSC locales ;
  • Les ambassades de France/services de coopération formalisent les dossiers et les transmettent au ministère de l’Europe et des Affaires étrangères  ;
  • Des FSPI multi-pays peuvent être proposés par le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères en impliquant des OSC des pays partenaires ;
  • Un comité se réunit au ministère de l’Europe et des Affaires étrangères et sélectionne une fois par an, au premier semestre, les projets qui seront financés et mis en œuvre au cours de l’année.

5. Calendrier : 

En 2020-2021 et 2021-2022 : 

  • les ambassades, en lien avec les OSC, finalisent et transmettent les dossiers FSPI et FSPI/PISSCA avant le 30 novembre délai de rigueur ;
  • le comité de sélection du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères annonce au premier semestre de l’année les projets retenus pour être financés ;
  • la mise en œuvre des FSPI et FSPI/PISSCA dure deux années maximum.

Pour toutes informations complémentaires : https://www.afd.fr/fr/fonds-de-soutien-aux-organisations-feministes

Appel à projets Francophonie avec elles

Appel à projets “La Francophonie avec Elles”

Suite à la création du fonds de solidarité pour les femmes “La Francophonie avec Elles”, l’OIF lance un appel à projets pour soutenir des actions de terrain concrètes destinées aux femmes en situation de vulnérabilité, suite aux conséquences socio-économiques du COVID-19.

Création du fonds de solidarité pour les femmes “La Francophonie avec Elles”.

Le 9 juillet 2020 les membres du Conseil permanent de la Francophonie ont entériné la proposition de la Secrétaire générale de créer le Fonds solidarité pour les femmes « La Francophonie avec Elles ».

L’objectif de ce fonds est de mobiliser au plus vite les forces humaines et financières pour soutenir concrètement des femmes et leurs familles, touchées par les conséquences socio-économiques de la pandémie de Covid-19.

Ce fonds soutiendra des actions de terrain concrètes destinées aux femmes en situation de vulnérabilité, telles que : développement de leurs capacités entrepreneuriales, informations sur leurs droits (santé, citoyenneté…), accompagnement dans leur formation professionnelle et la scolarisation de leurs enfants, etc.

Les objectifs de ce dispositif :

  1. Accompagner les femmes œuvrant dans le secteur informel en situation de vulnérabilité pour parer à leurs besoins essentiels et prioritaires et à ceux de leurs familles, développer leurs capacités entrepreneuriales, les soutenir en vue du développement d’activités génératrices de revenus (AGR) faisant un recours pertinent au numérique, et les former afin de leur permettre d’être en capacité de rejoindre à terme le secteur formel ;
  2. Informer ces femmes et leur offrir une plateforme d’expression sur les pandémies, la santé en général et la prévention des maladies, et les former sur les moyens de s’en prémunir, de bénéficier de soins de santé, et, de manière plus générale, d’accéder à une citoyenneté pleine et entière, nécessaire pour faire valoir leurs droits et recevoir les services existants dans ces domaines ;
  3. Les accompagner dans leur éducation et formation professionnelle, et dans la scolarisation de leurs enfants, notamment l’éducation des filles, en s’appuyant sur un usage pertinent des technologiques du numérique.

L’appel à projets

Critères d’éligibilité de l’organisation requérante

L‘organisation requérante devra remplir les conditions suivantes :

  • Disposer de son siège social et sa direction au sein d’un des Etats ou gouvernements membres de l’OIF ;
  • Remplir les conditions prévues par la législation en vigueur dans son Etat d’enregistrement relatives à la reconnaissance juridique et disposer d’au moins deux années d’existence légale ;
  • Être en mesure de présenter des rapports d’activités sur la période 2018-2020 ;
  • Faire état d’une gouvernance fonctionnelle prévue dans ses statuts et disposer de documents qui en attestent et qui rendent compte des activités et comptes de l’organisation ;
  • Démontrer ses capacités budgétaires et administratives pour réaliser le projet pour lequel elle sollicite un financement ;
  • Chaque association ne pourra présenter plus de trois dossiers ;
  • Démontrer des réalisations d’activités dans le domaine de l’un des trois objectifs stratégiques définis.

Critères d’éligibilité du projet

Pour être éligible, un projet devra remplir les conditions suivantes :

  • Être cohérent avec les orientations stratégiques et géographiques de l’OIF, notamment l’axe 31 de la Stratégie de la Francophonie pour la promotion de l’égalité entre les femmes et les hommes, des droits et de l’autonomisation des femmes et des filles (SEFH) ; 
  • Bénéficier prioritairement aux populations francophones d’Afrique et de la Caraïbe ; 
  • Répondre à au moins deux des trois 3 objectifs stratégiques du présent appel, à savoir :
    • accompagner les femmes en situation de vulnérabilité pour parer à leurs besoins essentiels et prioritaires et à ceux de leurs familles, les soutenir en vue du développement d’activités génératrices de revenus (AGR) faisant un recours pertinent au numérique, et les former afin de leur permettre d’être en capacité de rejoindre à terme le secteur formel ; 
    • informer ces femmes et leur offrir une plateforme d’expression sur les pandémies, la santé en général et la prévention des maladies, et les former sur les moyens de s’en prémunir, de bénéficier de soins de santé, et, de manière plus générale, d’accéder à une citoyenneté pleine et entière, nécessaire pour faire valoir leurs droits et recevoir les services existants dans ces domaines ; 
    • les accompagner dans leur éducation et formation professionnelle, et dans la scolarisation de leurs enfants, notamment l’éducation des filles, en s’appuyant sur un usage pertinent des technologiques du numérique. 
  • Les activités du projet doivent être génératrices de revenus et être accompagnées de formations de courte durée ; 
  • Concourir à la réalisation d’au moins un objectif de développement durable adopté par les Nations Unies en 2015 (ODD), avec un accent particulier sur les ODD 5 et 10 ; 
  • Constituer une nouveauté pour l’organisation porteuse. Aucune subvention ne sera attribuée à un projet déjà en cours. Sa mise en œuvre doit s’effectuer dans un Etat ou gouvernement de l’OIF. 

Calendrier de l’appel à projets

  • 17 juillet 2020 : Lancement de l’appel à projets;
  • 28 août 2020 : Clôture de l’appel;
  • 18 septembre 2020 : Réunion du comité de gestion;
  • Octobre 2020 : Annonce des résultats.

Comment candidater ?

Pour soumettre un projet, il convient d’adresser, au plus tard, le 28 août 2020, un dossier de candidature composé comme suit :

  1. Les récépissés d’enregistrement de l’organisation ;
  2. Les deux derniers rapports financiers et d’activités publiés ;
  3. La fiche de projet jointe à l’appel de projets, présentant les objectifs du projet. Les activités permettant d’atteindre ces objectifs seront explicitées et leur efficacité mesurée par des indicateurs qualitatifs et quantitatifs clairement définis ;
  4. Un budget prévisionnel en format libre présentant les dépenses et les ressources affectées à l’initiative déposée ;
  5. Un relevé d’identité bancaire.

La demande de subvention devra être adressée soit par courriel électronique (les courriels supérieurs à 8 mégaoctets ne seront pas reçus).

Un accusé de réception sera adressé à chaque projet reçu dans les délais. Tout dossier incomplet à la date du 28 août sera rejeté.

Pour plus d’informations et pour candidater : https://www.francophonie.org/la-francophonie-avec-elles

Soutien aux formations en ligne ou hybrides

Soutien aux formations en ligne ou hybrides

Le bureau Asie-Pacifique de l’AUF lance un appel d’offres à destination de ses établissements membres pour soutenir les initiatives et projets de mise en oeuvre de formations en ligne ou hybrides.

Dans un contexte de mondialisation, l’enseignement à distance s’impose comme un outil essentiel de la stratégie d’internationalisation des établissements d’enseignement supérieur. C’est un facteur d’attractivité et de visibilité internationale.

Ainsi la Direction régionale Asie-Pacifique de l’AUF souhaite soutenir ses membres dans le développement et la consolidation de formations réalisées totalement ou partiellement à distance.

Objectifs

  • Soutenir les initiatives de développement de formations en ligne ou hybrides.
  • Favoriser à court terme l’accès des apprenants à des formations en ligne de qualité.

Bénéficiaires

Les établissements membres de l’AUF et indirectement les étudiants et enseignants de la région Asie-Pacifique.

Critères d’éligibilité

  • Être soumis par un établissement d’enseignement supérieur membre de l’AUF – région Asie – Pacifique à jour de sa cotisation 2019
  • Le coordinateur du projet devra être un.e enseignant.e d’un de ces établissements clairement identifié.
  • Le projet devra être porté et soutenu par la plus haute autorité de l’établissement membre afin de garantir qu’il s’inscrit dans une démarche institutionnelle et non personnelle.
  • Le projet devra proposer un plan d’action sur 6 mois ; les activités devront être mises en œuvre au plus tard le 31/3/2021.
  • Chaque établissement ne pourra déposer qu’un seul projet

Le bureau Asie-Pacifique de l’AUF portera une attention particulière aux projets qui proposeront au moins une partie des enseignements en français.

Calendrier

  • Le projet devra être déposé avant le : 19/7/2020 ;
  • Les activités devront être mises en œuvre au plus tard le 31/3/2021.

Pour les projets sélectionnés

Les projets sélectionnés recevront un soutien financier de l’AUF qui ne dépassera pas 50% du budget global dans la limite de :

  • 5000 € par projet de type 1 INITIATION
  • 10 000 € par projet de type 2 DEVELOPPEMENT ou de type 3 CONSOLIDATION

Pour plus d’informations ou pour inscrire son projet : https://www.auf.org/asie-pacifique/nouvelles/appels-a-candidatures/appel-projets-soutien-aux-initiatives-pour-la-mise-en-oeuvre-ou-le-developpement-de-formations-totalement-ou-partiellement-distance/

Appel international à projets AUF COVID-19

Dans le cadre de son plan d’actions spécial COVID-19, l’AUF lance un appel à projets international pour soutenir des initiatives d’étudiant.e.s, d’élèves-ingénieurs et de jeunes chercheur.e.s liées à la pandémie. Toute initiative ayant un impact technologique, économique et/ou social évaluable à très court terme est éligible. Un fonds exceptionnel de 500 000 euros est consacré à cet appel. Des projets de moins de 10 000 euros jusqu’à 50 000 euros pourront être financés. L’appel est ouvert jusqu’au 3 mai 2020.

En riposte à la pandémie de COVID-19 à laquelle le monde entier fait face, l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF), fidèle à ses valeurs de solidarité et de partage, a mis en place un vaste plan d’actions à destination de ses établissements membres et de ses partenaires. Parmi les actions programmées (Axe IV – Action 10),  l’AUF lance un appel à projets international exceptionnel avec un processus accéléré et simplifié de soumission, d’évaluation et de sélection.

Cet appel est destiné à soutenir les nombreuses initiatives liées à la pandémie qui éclosent dans un espace universitaire très réactif, ingénieux et responsable qui s’appuie sur des réseaux collaboratifs d’étudiant.e.s, d’enseignant.e.s, de chercheur.e.s particulièrement créatifs et innovants.

L’objectif est de valoriser l’apport des universités membres de l’AUF au développement de solutions à impact technologique et/ou social immédiat pour aider les systèmes de santé et les populations à faire face aux difficultés provoquées par la pandémie COVID-19.

Toute initiative ayant un impact technologique, économique et/ou social évaluable à très court terme est éligible. Il peut s’agir d’un dispositif d’aide ou d’accompagnement, comme d’un produit manufacturé.

Par exemple (liste non exhaustive) :

  • production de matériels indispensables aux soins, à la protection ou à la prévention des risques sanitaires (masques, gants, désinfectants, respirateurs, écouvillons…),
  • actions de santé publique,
  • développement d’applications,
  • développement d’outils d’aide à la décision,
  • communication et sensibilisation sur à la prévention des risques sanitaires,
  • aide aux personnes vulnérables ou isolées,
  • prévention des impacts psychologique ou socio-économique de la crise sanitaire,
  • lutte contre les violences faites aux femmes et enfants en période de confinement.

Face à l’urgence et aux immenses besoins, l’AUF consacre à cet appel un fonds exceptionnel de 500 000 euros.

Budgétairement, les projets à soumettre sont divisés en 2 catégories :

  • Projets catégorie A (projet ayant un impact technologique, économique et/ou social à effet immédiat) :
    • A1- projets proposés à moins de 10.000 euros
    • A2- projets proposés compris entre 10.000 euros et 20.000 euros
  • Projets catégorie B (projet exceptionnel à fort impact ou particulièrement innovant, avec une dimension inter-régionale ou internationale) :
    • B- projets proposés jusqu’à 50 000 euros

La date de limite de candidature est fixée au dimanche 3 mai 2020.

Pour accéder à l’intégralité de l’appel à projet (pdf)  :

Pour télécharger le formulaire de candidature : cliquez ici

Pour déposer votre projet : https://formulaires.auf.org (inscription gratuite préalable)

Toute demande de précision peut être envoyée à l’adresse suivante jusqu’au mardi 28 avril à 12h00 (heure de Paris) : appel-covid19@auf.org

Article extrait de : https://www.auf.org/nouvelles/actualites/appel-a-projets-international-auf-covid-19/?fbclid=IwAR3GnJoqb_amyaXVnV7QrItv2TGcvxLq_S_PKyNtyqgErHXiRzVKHBON_0M

foule en mouvement

Appels d’offres : Mobilités de réseaux scientifiques et associatifs

L’AUF soutient les enseignants-chercheurs, les enseignants-doctorants des établissements membres de l’AUF dans leurs interventions en français lors de colloques ou manifestations scientifiques régionaux ou internationaux dans le but de mettre en valeur, promouvoir l’expertise francophone et de développer le réseautage et le partage des savoirs entre universitaires francophones.

Les conditions de candidature sont les suivantes :

  • avoir moins de 45 ans,
  • être enseignant-chercheur ou chercheur dans un établissement membre de l’AUF,
  • avoir le DELF B2 ou équivalent,
  • présenter une communication en français dont le sujet porte sur l’une des thématiques prioritaires de la direction régionale de l’AUF,
  • soumettre le formulaire de demande dans les temps impartis avec tous les documents requis,
  • déclarer tous les soutiens financiers autres que celui demandé à l’AUF.

La prise en charge de la mobilité par l’AUF comprend au maximum :

  • un titre de transport émis par l’AUF et mis à la disposition du (de la) bénéficiaire, lui permettant d’effectuer le trajet entre sa région d’origine et le lieu de la manifestation ; les excédents de bagages n’étant pas pris en charge ;
  • les frais de visa ou de formalités nécessaires à l’entrée dans le pays de destination ;
  • une indemnité forfaitaire journalière établie en fonction du niveau de vie dans le pays d’accueil et du programme des activités scientifiques de la manifestation, versée dans la limite de la durée de l’événement ;
  • une assurance-maladie, accident et rapatriement obligatoire dans le pays de destination. Ses modalités en seront portées ultérieurement à la connaissance des intéressés. Le (la) bénéficiaire devra en outrejustifier des vaccinations requises pour se rendre dans le pays d’accueil.

Cet appel est ouvert jusqu’au 31 décembre 2020. Les dossiers de candidature doivent être déposés au moins 10 semaines avant le début de la manifestation scientifique auprès de la direction régionale Asie-Pacifique.

Pour plus d’informations ou pour télécharger le dossier de candidature : https://www.auf.org/nouvelles/appels-a-candidatures/appel-doffres-mobilites-de-reseaux-scientifiques-et-associatifs/

APPEL D’OFFRES : Soutien à l’organisation de manifestations scientifiques

L’Agence universitaire de la Francophonie en Asie-Pacifique lance un appel d’offres de soutien à l’organisation de manifestations scientifiques. Cet appel prendra fin le 31 décembre 2020.

Ce soutien pourra s’élever à 3 000 euros maximum à condition que cette somme n’excède pas 20% du budget total de la manifestation.

La contribution de l’AUF vise à encourager les initiatives des établissements membres pour le renforcement du développement économique, social et environnemental et pour la promotion de la solidarité et du partage des savoirs entre les enseignants chercheurs. Ce soutien s’attache prioritairement à promouvoir :

  • la participation des universitaires des pays de la région Asie-Pacifique sous forme de communications en français (obligatoire) susceptibles d’être publiées dans les actes de la manifestation (voir annexe 1 – caractéristiques générales de la mobilité),
  • l’édition et la diffusion des actes en français sur support papier et numérique,
  • la promotion de la langue française dans des manifestations scientifiques multilingues à traversl’interprétariat (traduction simultanée ou consécutive) au cours de l’évènement.

Le présent appel à projets s’adresse à tous les établissements d’enseignement supérieur et de recherche membres de l’AUF (cf. www.auf.org/auf/les-membres-de-lauf/) en Asie-Pacifique désireux de déposer un dossier de demande de soutien à une manifestation auprès de la Direction régionale Asie-Pacifique de l’AUF.

L’AUF porte une attention particulière aux initiatives prenant en compte les critères suivants :

  • manifestations scientifiques en lien avec des thématiques prioritaires telles la didactique du français ou les objectifs du développement durable en Asie-Pacifique,
  • publication des travaux de participants de la région dans des actes ou revues internationalement reconnus,
  • retombées sur le territoire national et régional (participation des entreprises régionales, des collectivités,des associations, de la presse nationale/régionale, de la presse spécialisée, etc.),
  • équilibre de la représentation femmes/hommes (dans le comité d’organisation, parmi les communicants,etc.),
  • pertinence du plan de financement avec des co-financements avérés( en dehors de l’AUF).

Les dossiers de candidatures doivent être déposés auprès de la Direction régionale Asie-Pacifique 10 semaines au plus tard avant le début de la manifestation.

Pour plus d’information, cliquez ici .

OFFRE D’EMPLOI : ENQUÊTEUR DANS LE CADRE D’UNE ENQUÊTE SOCIOLINGUISTIQUE

Vous savez faire preuve d’une grande autonomie et disponibilité (déplacements fréquents).
Vous êtes rigoureux et organisé, et vous avez un bon esprit d’analyse.
Vous avez un bon niveau de français (minimum B2) pour la rédaction finale de l’analyse est requis.
Lieu : Hanoï principalement, déplacements fréquents dans le pays à prévoir (missions à Haiphong, Vinh, Hue, Danang, Can Tho, Ho Chi Minh Ville, Ben Tre, Dak Lak, Da Lat et Nha Trang).
Durée : 6 mois à partir du 1er décembre 2014.
Rémunération : 500€/mois + prise en charge de tous les frais de déplacements
Date limite de candidature : 14 novembre 2014

Fiche de poste et infos : http://crefap.org/index.php/actualites/appels-d-offre.html

Logo_AUF

Appel à candidatures Allocation d’études 2014-2015 Filières universitaires francophones

Pour les étudiants vietnamiens inscrits dans les filières francophones (agroalimentaire, droit, informatique à l’Université de Can Tho) vous avez jusqu’au 10 novembre 2014 pour faire votre demande de bourses d’études sur critères sociaux (150-300 USD selon le taux appliqué).

Informations et liste complète des filières concernées :http://www.auf.org/bureau-asie-pacifique/appels-offre-regionales/Allocation-etudes-2014-2015-FUF/

2ème Forum mondial de la langue française à Liège

20-23 juillet 2015

Liège – Fédération Wallonie-Bruxelles
Vous avez entre 18 et 35 ans OU vous souhaitez présenter les activités innovantes d’une association, d’une organisation ou d’une entreprise.

Vous partagez les valeurs de la Francophonie ;
Vous souhaitez présenter des idées ou un projet innovant parce que la créativité c’est l’avenir ;
Vous souhaitez trouver des contacts et de nouveaux réseaux d’échanges ;
Vous souhaitez rencontrer des partenaires potentiels et collaborer ;
Vous souhaitez partager et débattre autour du thème de la francophonie créative.

Le Forum mondial de la langue française vous attend !

Vous avez jusqu’au 15 novembre 2014 pour présenter un projet ou demander à participer au Forum.

Plus d’informations et inscriptions sur : http://www.forumfrancophonie.org/